< m
oké
L&#8217;amour du mensonge

[&#8230;]
Es-tu le fruit d&#8217;automne aux saveurs souveraines?
Es-tu vase funèbre attendant quelques pleurs,
Parfum qui fait rêver aux oasis lointaines,
Oreiller caressant, ou corbeille de fleurs?

Je sais qu&#8217;il est des yeux, des plus mélancoliques,
Qui ne recèlent point de secrets précieux;
Beaux écrins sans joyaux, médaillons sans reliques,
Plus vides, plus profonds que vous-mêmes, ô Cieux!

Mais ne suffit-il pas que tu sois l&#8217;apparence,
Pour réjouir un coeur qui fuit la vérité?
Qu&#8217;importe ta bêtise ou ton indifférence?
Masque ou décor, salut! J&#8217;adore ta beauté.


Charles Baudelaire, 1860
2

L’amour du mensonge

[…]

Es-tu le fruit d’automne aux saveurs souveraines?

Es-tu vase funèbre attendant quelques pleurs,

Parfum qui fait rêver aux oasis lointaines,

Oreiller caressant, ou corbeille de fleurs?


Je sais qu’il est des yeux, des plus mélancoliques,

Qui ne recèlent point de secrets précieux;

Beaux écrins sans joyaux, médaillons sans reliques,

Plus vides, plus profonds que vous-mêmes, ô Cieux!


Mais ne suffit-il pas que tu sois l’apparence,

Pour réjouir un coeur qui fuit la vérité?

Qu’importe ta bêtise ou ton indifférence?

Masque ou décor, salut! J’adore ta beauté.

Charles Baudelaire, 1860

  1. petitenhance a publié ce billet